En attaquant la République démocratique du Congo sous couvert du Mouvement du 23 Mars (M23), Kigali est condamné par tous. Après le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Union Africaine, la Monusco, l’Union européenne rompt le silence et appelle Kinshasa et Kigali à mettre fin à l’escalade de violences dans la partie Est du pays.

La réaction de 27 intervient après les violences enregistrées dans les territoires de Nyiragongo et de Rutshuru où des combats armés ont été signalés entre les FARDC et les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda. «Les attaques menées récemment par le M23 contre la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et les Forces armées de la République démocratique du Congo, confirment une escalade inquiétante de la violence dans la région de Grands Lacs.

En témoignent aussi les graves incidents survenus cette semaine à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Les attaques ciblant délibérément des populations civiles ou des Casques bleus sont contraires au droit international.

L’UE les condamne avec fermeté «, peut-on lire dans un communiqué de l’Union européenne.
Les 27 « appellent toutes les parties à éviter l’escalade et à utiliser les mécanismes existants de vérification conjointe et de résolution des différends ».

L’UE soutient également le processus politique récemment lancé à Nairobi qui, dit-elle, doit se poursuivre.
Elle « exhorte tous les groupes armés à y participer sans condition ».

Vive les FARDC

Sur terrain, les FARDC prennent le dessus sur les rebelles du M23 soutenus par Kigali. Une source dans la région rapporte plusieurs morts dans le rang du M23 et RDF à Rumangabo. Un officier de haut rang des RDF serait capturé.
Plusieurs localités conquises avant-hier par le M23 et ses alliés de RDF ont été récupérés par les FARDC.

Les forces loyalistes ont également réussi à repousser le M23 qui menaçait d’assiéger la base militaire de Rumangabo.
Des affrontements entre les FARDC et le M23 ont été signalés dans la matinée du jeudi 26 mai 2022, vers la localité de Kanombe située à une dizaine de km à l’est de Rumangabo, vers le Parc National des Virunga.

Depuis mercredi 25 mai, ces villages sont restés vidés de leurs habitants qui ont fui vers Rubare, Rutshuru et Kiwanja.
A Jomba, c’est un calme apparent qui règne dans la cité de Bunagana où les sources locales affirment n’avoir entendu aucun tir hier jeudi sur les collines Tchanzu et Runyoni qui seraient sous contrôle de l’armée nationale.

Sur terrain, les témoins signalent l’avancée positive de l’armée vers les groupements Kibumba et Buhumba, occupés partiellement par les rebelles du M23 soutenus par Kigali. Donc, ces rebelles ont subi un revers grâce au feu de vaillantes Fardc qui sont déterminées à mettre fin aux aventures des hommes de Sulutani Makenga.

Dans un communiqué signé par le Major Willy Ngoma, prétendu porte-parole du M23, ce mouvement rebelle pro rwandais se cache derrière l’idée de Kigali selon laquelle Kinshasa entretien les FDLR et autres groupes armés.

 

Nombre de vue 12 total views, Visiteurs aujourd'hui 4 views today

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici