Après sa rencontre avec le facilitateur de l’EAC, Uhuru Kenyatta, le président Rwandais Paul Kagame a accepté, selon le communiqué final sanctionnant ce tête-à-tête, de retirer, ses troupes des territoires conquis en RDC.

Afin estiment des analystes, Paul Kagame vient de reconnaître l’agression du Congo par ses troupes bien que comme dans ses habitudes, il l’exprime à des mots voilés.

 

L’agresseur dit vouloir aider le facilitateur à obtenir un cessez-le-feu. Il prévoit ainsi d’exhorter le M-23 à se retirer des positions qu’il occupe. C’est du moins l’intention affichée par le Rwanda habitué à narguer le monde.

Kinshasa, ne peut pour l’instant, se frotter les mains au regard de l’attitude longtemps affichée par Paul Kagame que d’aucuns qualifient de bourreau sans cœur. La gravité de la situation humanitaire, le nombre des morts enregistrés depuis près de 30 ans, les congolais méritent mieux qu’un simple « : énoncé »

Il s’agit certes d’une avancée dans le cadre de la diplomatie agressive des autorités RD congolaises, mais quelles retombées attendre lorsque l’on est devant un interlocuteur prêt à zapper ses promesses ?

Il est difficile à ce stade de jubiler tant les actes de terrain ne sont pas posés.

Les congolais en bloc se trouvent depuis un certain temps sur tous les toits pour dénoncer l’agression rwandaise…
Ainsi a-t-on résolu de se servir de toutes les voies, diplomatiques, militaires etc. pourvu que l’agresseur dégage

Nombre de vue 11 total views, Visiteurs aujourd'hui 1 views today

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici