7-8 -PERSONNE NE VIENDRA DE L’OUEST POUR LIBERER LA RDC-LE PEUPLE SE LIBERE – OU EST ANTONY BLINKEN

0
139

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken arrive dimanche en Afrique du Sud pour entamer une tournée dans trois pays qui le conduira également en RD Congo et au Rwanda, visant à “élaborer une stratégie pour contrer les efforts russes visant à saper la démocratie en Afrique”, selon un politologue basé en France.

La Russie, la France et maintenant les États-Unis. “C’est comme si une nouvelle guerre froide se déroulait en Afrique”, a déclaré à AP William Gumede, directeur de Democracy Works, avant la tournée africaine dans trois pays du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Il fait suite aux tournées du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s’est rendu en Égypte, en Ouganda, en Éthiopie et en République du Congo pour rallier le soutien à la Russie au milieu de sa guerre en cours en Ukraine, et du président français Emmanuel Macron, qui s’est rendu au Cameroun, au Bénin et en Guinée- Bissau dans le but de renouer les relations de la France avec le continent africain. La directrice de l’Agence américaine pour le développement international, Samantha Power, et l’ambassadrice américaine à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, ont également entrepris leurs propres tournées en Afrique.

Ce voyage est le deuxième de Blinken en Afrique depuis sa nomination au poste de secrétaire d’État. Sa première visite en novembre 2021 avait pour but de “réinitialiser les relations américano-africaines après la présidence de Donald Trump, démontrer l’engagement des États-Unis en faveur de la démocratie et montrer que les États-Unis se soucient de leurs relations avec les pays africains”, selon Douglas Yates, politologue spécialisé en politique africaine qui enseigne à l’American Graduate School de Paris.

Blinken s’est rendu au Kenya, au Sénégal et au Nigeria lors de sa tournée de 2021, trois pays qui “remplissent les exigences minimales pour les démocraties et sont tous sortis du régime militaire”, a déclaré Yates. Depuis le mandat présidentiel de Trump, au cours duquel les États-Unis se sont retirés d’un certain nombre d’initiatives importantes pour l’Afrique du Sud, notamment l’Accord de Paris sur le climat et le Fonds vert pour le climat, l’Afrique du Sud a considéré les États-Unis comme un “partenaire peu fiable”, a déclaré Yates. Ainsi, les États-Unis, deuxième partenaire commercial de l’Afrique du Sud en 2021, « essaient de ramener l’Afrique du Sud dans le giron », a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici