PARTAGER

Introduction du poème (Peuple Vaillant)

C’est un constat poignant d’une dégradation persistante qui m’oblige à faire cette réflexion et à la partager avec mes frères Haïtiens. Comment un passé si glorieux peut-il déboucher sur une réalité si alarmante et un futur si incertain ? Un éveil de conscience est le but souhaité comme point de départ pour une solidarité concrète et durable.

 

Peuple vaillant

Ô peuple vaillant !

Ô peuple combattant !

Ô peuple jadis conquérant !

Où sont passées tes actions glorieuses d’antan ?

As-tu perdu la mémoire du temps ?

Ô le temps gaspillé, le temps perdu dans les querelles politiques

Le temps gâché dans les luttes de classes pathétiques

Où sont passés les enfants et les petits-enfants de tes ascendants ?

Qu’en est-il de la reconnaissance envers le sang de nos combattants ?

Serais-tu condamné à vivre dans le passé ?

As-tu perdu la mémoire de ta fierté ?

Serais-tu condamné à vivre de souvenirs ?

La notion de « Perle des Antilles » ne fait que s’évanouir

Oui, s’évanouir, pour être remplacée par les épithètes les plus odieuses 

Serais-tu condamné à tournoyer autour de ce cercle vicieux ?

La corruption, la médisance, le mépris des défavorisés

L’accumulation de vaines richesses pour se rehausser

Se créer un luxe immédiat pour accroître l’enfer des sans-abri 

Le patriotisme piétiné et vendu à vil prix

Les talents de nos frères illustres sont vénérés aux yeux du monde

Et pourtant leurs perles sont piétinées et dépréciées sur nos propres ondes

La mentalité des autres s’infiltre dans nos âmes

Nous minimisons nos hauts faits et imitons des actes infâmes

Classé comme la dernière des nations, rejeté par les plus proches voisins

Cette nationalité qui, aux yeux de l’autre, est mal aimée et mal appréhendée,

Pour nous, devrait être protégée à tout prix

Que de fléaux ont frappé à la porte de ce peuple : ouragans, séismes et intempéries

Mais ce peuple continue à espérer en un lendemain meilleur et sourit

Malheureusement, cette espérance est seulement individuelle et exclut la collectivité

Chaque individu espère être au sommet d’une manière entêtée

C’est le « MOI « aux dépens de la communauté    

Ô peuple qui, jadis, as dit « non » à l’injustice téméraire

Pourquoi est-il si difficile de faire la paix sur notre terre ?

Pourquoi est-il si difficile d’accepter la divergence d’opinion ?

Pourquoi est-il si difficile de regarder dans la même direction ?

Pourquoi est-il si difficile d’unir nos forces pour la reconstruction ?

Pourquoi ne pas laisser notre ego de côté pour prioriser notre chère nation ?

 

Flaubert (BURT) Remarais

bremarais@yahoo.com

Décembre 2016

REACTION