Une embuscade a été menée le 17 février au matin contre un véhicule de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) non loin d’Eringeti, dans le territoire de Beni, en République démocratique du Congo (RDC). Elle a fait six morts et six blessés dont un grave, selon l’Institut. Il s’agit de civils, et parmi eux plusieurs agents de la réserve de faunes à Okapi (RFO). Le Centre de recherches sur les droits de l’Homme (CRDH) dénonce « un chapelet d’attaques meurtrières dans une zone surmilitarisée ».

Les victimes revenaient d’un enterrement à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) lorsqu’elles ont été attaquées ce 17 février en plein jour, un peu avant 10h, à un kilomètre au nord d’Eringeti.

Le pick-up siglé ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature) faisait route vers la réserve de faune à okapis d’Epulu avec à son bord 17 personnes. Il s’agissait d’employés de l’Institut et de proches du défunt à qui tous venaient de rendre un dernier hommage.

Les rescapés disent avoir d’abord entendu une forte détonation puis des coups de feu. La société civile et la police pointent du doigt lesAllied Democratic Forces (ADF), mais l’ICCN se montre plus prudent. Divers groupes armés opèrent dans la région. La veille, des affrontements avaient été signalés entre deux groupes non-identifiés non loin du lieu de l’attaque.

« Regain d’insécurité »

L’ICCN a-t-il été visé ? « On ne l’exclut pas » explique Paulin Tshikaya, le directeur de l’Institut dans la province. La réserve est « envahie par les exploitants miniers illégaux », explique-t-il, sans oublier les bandes armées qui s’y ravitaillent.

Plusieurs attaques d’envergure ont été enregistrées dans le territoire de Beni depuis le début de l’année. Le 16 février, le mouvement citoyen La Lucha a d’ailleurs tenté de manifester contre ce « regain d’insécurité ».

Pour le maire de Beni, il s’agit de la conséquence des opérations militaires en cours contre les ADF qui agiraient en représailles afin de pousser les forces armées à « quitter la ligne de front pour les agglomérations ».

FASHION WEEK

GADGET WORLD

BEST Smartphones

DON'T MISS

POPULAR VIDEO

L’Ouganda: Remplacement de son chef du renseignement militaire sanctionné par les Etats-Unis

Le président ougandais Yoweri Museveni a remplacé mardi le puissant chef du renseignement militaire, sanctionné depuis décembre par les Etats-Unis en raison de violations des droits de l'homme. Le général de division Abel Kandiho, nommé en 2017, devient envoyé sur les questions de sécurité au Soudan du Sud et est remplacé par le général de division James Birungi, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué. "Il s'agit d'un de ces transferts de routine et réaffectation, en ligne avec les prérogatives du commandant suprême de transférer, réaffecter et nommer les officiers", a déclaré le porte-parole du ministère Ronald Kakurungu cité dans le communiqué. Début décembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions contre Abel Kandiho en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l'homme, notamment des passages à tabac, des agressions sexuelles et des électrocutions.   "Dans certains cas, M. Kandiho était personnellement impliqué dans les interrogatoires de personnes détenues, souvent sélectionnées en raison de leurs opinions politiques, de leur nationalité ou parce qu'elles critiquaient le gouvernement", indiquait le Trésor américain. L'armée ougandaise s'était dite "déçue" par la décision américaine. Les dernières années ont été marquées en Ouganda par des actes de répression contre des journalistes, des incarcérations d'avocats ou encore par le musellement de leaders de l'opposition. Le remplacement de Kandiho intervient quelques jours après une visite officielle du fils du président Museveni, Muhoozi Kainerugaba -dont beaucoup pensent qu'il veut prendre la succession de son père -, au Rwanda, pays avec lequel les relations sont tendues. Au cours des dernières années, des responsables rwandais ont accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda. Mardi, Kainerugaba a félicité Kandiho et son remplaçant pour leurs nouvelles fonctions.

HOLIDAY RECIPES

EVEN MORE NEWS

REACTION