PARTAGER

L’assurance de Mushobekwa intervient alors que le rapport de l’ONU sur les violences dans la région du Kasaï recommande à Kinshasa de suivre de près l’avancement des enquêtes congolaises sur la mort des deux experts des Nations Unies et leurs accompagnateurs.

«Le meurtre de Michael Sharp et Zaïda Catalan, les deux experts des Nations Unies et de leurs accompagnateurs congolais ne restera pas impuni. Certains suspects ont déjà été mis aux arrêts et sont détenus à la prison centrale de Kananga ainsi que celle de Kinshasa. D’autres suspects demeurent en cavale. Nous espérons qu’avec le soutien de la Monusco, nous arriverons à mettre la main sur ces criminels», a déclaré la ministre, le 3 juillet dernier, lors de la 38ème session du Conseil des droits de l’homme à Genève.

Les trois experts Ndiaye (Sénégal), Luc Côté (Canada) et Fatimata M’Baye (Mauritanie) qui ont mené l’enquête aux Kasaï, recommandent aussi de renforcer le mandat et les ressources de l’équipe des Nations Unies chargée d’aider la justice militaire afin que les personnes responsables du meurtre de deux agents onusiens soient traduits en justice.