LE JOURNAL RDC: le gouverneur de Kinshasa refuse d’autoriser la marche du CLC

RDC: le gouverneur de Kinshasa refuse d’autoriser la marche du CLC

642
0

En RDC, le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta n’a pas autorisé pas la marche organisée dimanche par le CLC, Comité laïc de coordination, comme ce fut déjà le cas pour les deux premières marches, réprimées les 31 décembre et 21 janvier dernier. André

Kimbuta a refusé de parler avec les avocats mandatés par le CLC pour discuter de l’itinéraire de demain. Le gouverneur tenait à voir les organisateurs en personne. C’est ce qu’il indique dans une lettre adressée au CLC.

Ce samedi 24 février, trois avocats se sont présentés à l’Hôtel de Ville au nom du Comité laïc de coordination. Mandatés par cette structure, ils sont allés répondre à l’invitation du gouverneur André Kimbuta pour une concertation en rapport avec la marche des chrétiens prévue ce dimanche.

Par l’intermédiaire du protocole, ces avocats dûment mandatés ont été éconduits, tout simplement. « Le gouverneur a refusé de réceptionner les documents qui établissent les itinéraires ainsi que les points de ralliement établis par le CLC. C’est une attitude incompréhensible qui traduit tout simplement la volonté d’empêcher les gens de s’exprimer pacifiquement », explique Maître Georges Kapiamba de l’Acaj, l’Association pour l’accès à la justice.

Selon Maître Kapiamba, les membres du CLC sont recherchés par la justice. Ils font l’objet d’un mandat émis par le parquet, ils ne pouvaient donc pas se présenter au risque d’être arrêtés et l’autorité urbaine a saisi cette occasion pour ne pas autoriser la manifestation pacifique de ce dimanche.

Pour le chef de la police «l’objectif c’est zéro mort»

Dans un courrier adressé aux responsables du Comité laïc de coordination, le gouverneur Kimbuta estime en effet que ces responsables n’ont pas donné suite à son invitation, et qu’en ne faisant pas le déplacement, ils ont « privé les services compétents en charge du maintien de l’ordre des informations nécessaires au bon encadrement de la manifestation ».

De son côté, le chef de la police de Kinshasa a déjà fait part de ses instructions. Si la marche devait tout de même avoir lieu, il a demandé à ses hommes de ne pas tirer à balles réelles sur les manifestants. « L’objectif c’est zéro mort, a déclaré le général Sylvano Kasongo au micro de RFI. J’ai dit aux policiers de ne pas tirer sur la population qui est une population civile, non armée. On n’a pas le droit de tirer sur la population à balles réelles. Nous serons fermes demain [dimanche, NDLR], nous serons stricts, mais courtois et nous allons empêcher que la voie publique soit troublée »

 

FASHION WEEK

GADGET WORLD

BEST Smartphones

DON'T MISS

POPULAR VIDEO

L’Ouganda: Remplacement de son chef du renseignement militaire sanctionné par les Etats-Unis

Le président ougandais Yoweri Museveni a remplacé mardi le puissant chef du renseignement militaire, sanctionné depuis décembre par les Etats-Unis en raison de violations des droits de l'homme. Le général de division Abel Kandiho, nommé en 2017, devient envoyé sur les questions de sécurité au Soudan du Sud et est remplacé par le général de division James Birungi, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué. "Il s'agit d'un de ces transferts de routine et réaffectation, en ligne avec les prérogatives du commandant suprême de transférer, réaffecter et nommer les officiers", a déclaré le porte-parole du ministère Ronald Kakurungu cité dans le communiqué. Début décembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions contre Abel Kandiho en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l'homme, notamment des passages à tabac, des agressions sexuelles et des électrocutions.   "Dans certains cas, M. Kandiho était personnellement impliqué dans les interrogatoires de personnes détenues, souvent sélectionnées en raison de leurs opinions politiques, de leur nationalité ou parce qu'elles critiquaient le gouvernement", indiquait le Trésor américain. L'armée ougandaise s'était dite "déçue" par la décision américaine. Les dernières années ont été marquées en Ouganda par des actes de répression contre des journalistes, des incarcérations d'avocats ou encore par le musellement de leaders de l'opposition. Le remplacement de Kandiho intervient quelques jours après une visite officielle du fils du président Museveni, Muhoozi Kainerugaba -dont beaucoup pensent qu'il veut prendre la succession de son père -, au Rwanda, pays avec lequel les relations sont tendues. Au cours des dernières années, des responsables rwandais ont accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda. Mardi, Kainerugaba a félicité Kandiho et son remplaçant pour leurs nouvelles fonctions.

HOLIDAY RECIPES

EVEN MORE NEWS

REACTION