Dans un communiqué de presse signé ce lundi 16 mai 2022 et dont une copie est parvenue à notre source, l’Inspection Générale des Finances, via sa cellule de communication, insiste que la débâcle du projet de Parc Agro-industriel de Bukanga-Longo est à mettre sur le dos de l’ancien premier ministre, Augustin Matata Ponyo Mapon.

En effet, l’IGF précise que ce dossier, après les conclusions, a été mis à la disposition de l’Office du Ministère Public qui avait la décision de le porter auprès du juge pour établir les responsabilités compte tenu de “la gravité des faits”.

L’attaché de presse de l’Inspection Générale des Finances qui signe ce document souligne qu’à ce niveau, son service ne pouvait pas s’impliquer dans cette affaire, une fois dans les mains de la justice congolaise.

Ce service de la présidence de la République affirme que concernant le projet de Bukanga-Longo, “seul l’ancien premier ministre était l’auteur intellectuel, matériel de l’échec et des détournements”.

Il est à noter que, selon la même source, la demande de contrôle sur les détournements de fonds sur le projet Agro-industriel de Bukanga-Lonzo a été faite par Augustin Matata Ponyo lui-même et non par les autorités politico-judiciaires de la République démocratique du Congo.

L’Inspection Générale des Finances confirme par conséquent que le projet de Parc Agro-industriel de Bukanga-Longo est un échec désastreux qui a coûté à la République plus de 287 millions de dollars américains et que son instigateur, l’ancien premier ministre Matata Ponyo est bien l’auteur intellectuel, matériel et principal de cet échec ainsi que des détournements qui ont eu lieu. L’inspection Générale des Finances n’a, par conséquent, aucune excuse à présenter et reste convaincue que l’analyse de ce dossier, quand au fond, ne pourra que confirmer la responsabilité personnelle, pleine et entière de Monsieur Matata Ponyo dans cette débâcle“, lit-on dans cette correspondance.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici