P. Kagame VS Felix Tshilombo

0
30

Les propos du chef d’État congolais Félix Tshisekedi, indiquant qu’il n’avait “aucun doute quant au soutien que bénéficie cette rébellion”, se confirment sur terrain. Le Rwanda appuie bel et bien militairement les forces terroristes du M23.

En faveur des affrontements qui ont eu lieu récemment dans les régions de Rutshuru, Kibumba et Rumangabo, à la veille de la célébration de la fête nationale de l’Indépendance, les Forces Armées de la RDC ( FARDC) ont mis de nouveau la main sur, non seulement, des matériels militaires abandonnés par l’ennemi, mais aussi sur des éléments de l’armée rwandaise.
Alors que l’opinion nationale dénonce régulièrement l’”hypocrisie de la Monusco”, ce mercredi dernier, dans une communication au conseil de sécurité de l’ONU, Bintou Keita, a une fois de plus présenté la situation sur le terrain et la force de frappe du M23 sans évoquer le soutien documenté du Rwanda à ce mouvement.

« Cependant, suite à des attaques coordonnées sur une direction Est-Ouest, le M23 a occupé la ville de Bunagana, un important poste frontière avec l’Ouganda. Au cours des affrontements les plus récents, le M23 s’est comporté de plus en plus comme une armée conventionnelle que comme un groupe armé ».

« Le M23 dispose d’une puissance de feu et d’équipements de plus en plus sophistiqués, notamment en termes de capacités de tir à longue portée de mortier et mitrailleuse, ainsi que de tir
président de la RDC Félix Tshisekedi a déploré jeudi, jour du 62e anniversaire de l’indépendance de son pays, “la énième agression de la part du Rwanda” et affirmé sa détermination à opposer un “double front diplomatique et militaire” aux violences dans l’est.
“La célébration de ce jour a lieu dans un contexte sécuritaire particulièrement préoccupant, qui affecte notre existence en tant que nation”, a déclaré le président dans une allocution retransmise à la télévision nationale.

“Notre pays, a-t-il dit, fait face à une énième agression de la part du Rwanda, qui agit sous couvert du mouvement terroriste M23, et ce en violation de tous les accords et traités internationaux”.

Le M23, pour “Mouvement du 23 mars”, est une ancienne rébellion à dominante tutsi qui, vaincue en 2013, a repris les armes en fin d’année dernière. Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce que le Rwanda nie.

Face aux manœuvres de diversion usées par le Rwanda, cette fois encore l’armée congolaise détient des preuves de l’appui de RDF aux forces du M23.

Il convient de rappeler qu’en 2013 déjà, il y avait des preuves fournies par les Nations unies et son groupe d’experts chargé de surveiller l’embargo sur les armes à l’est de la RDC. Mais cette fois, des preuves sont collectées directement par l’armée congolaise.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici