Le “Projet d’accès à la télévision satellite pour 10.000 villages africains”  a été lancé ce samedi 2 juin pour la RDC par Wang Tongqing, ambassadeur de la République populaire de Chine en RDC, et Bruno Tshibala, Premier ministre congolais.

C’est l’accomplissement d’une promesse faite à Johannesburg en décembre 2015 par le président Chinois Xi Jinping lors du forum sur la coopération sino-africaine au sommet de Johannesburg.

Ce projet vise à accélérer la transition numérique des médias audiovisuels congolais, à diversifier le contenu médiatique, à permettre à un grand nombre de familles congolaise d’accéder à la télévision numérique, promouvoir le développement social et améliorer le niveau de l’éducation.

L’exécution de ce projet en RDC est confiée au télédistributeur Startimes qui devra distribuer 10.000 décodeurs et paraboles satellitaires dans les 500 villages congolais retenus en raison de 20 kits par village. Seront également installés dans chacun de ces villages, dans un lieu public, deux projecteurs et un téléviseur numérique de 32 pouces assortis d’une parabole satellitaire.

FASHION WEEK

GADGET WORLD

BEST Smartphones

DON'T MISS

POPULAR VIDEO

L’Ouganda: Remplacement de son chef du renseignement militaire sanctionné par les Etats-Unis

Le président ougandais Yoweri Museveni a remplacé mardi le puissant chef du renseignement militaire, sanctionné depuis décembre par les Etats-Unis en raison de violations des droits de l'homme. Le général de division Abel Kandiho, nommé en 2017, devient envoyé sur les questions de sécurité au Soudan du Sud et est remplacé par le général de division James Birungi, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué. "Il s'agit d'un de ces transferts de routine et réaffectation, en ligne avec les prérogatives du commandant suprême de transférer, réaffecter et nommer les officiers", a déclaré le porte-parole du ministère Ronald Kakurungu cité dans le communiqué. Début décembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions contre Abel Kandiho en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l'homme, notamment des passages à tabac, des agressions sexuelles et des électrocutions.   "Dans certains cas, M. Kandiho était personnellement impliqué dans les interrogatoires de personnes détenues, souvent sélectionnées en raison de leurs opinions politiques, de leur nationalité ou parce qu'elles critiquaient le gouvernement", indiquait le Trésor américain. L'armée ougandaise s'était dite "déçue" par la décision américaine. Les dernières années ont été marquées en Ouganda par des actes de répression contre des journalistes, des incarcérations d'avocats ou encore par le musellement de leaders de l'opposition. Le remplacement de Kandiho intervient quelques jours après une visite officielle du fils du président Museveni, Muhoozi Kainerugaba -dont beaucoup pensent qu'il veut prendre la succession de son père -, au Rwanda, pays avec lequel les relations sont tendues. Au cours des dernières années, des responsables rwandais ont accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda. Mardi, Kainerugaba a félicité Kandiho et son remplaçant pour leurs nouvelles fonctions.

HOLIDAY RECIPES

EVEN MORE NEWS

REACTION