En République démocratique du Congo (RDC), après le vote, par le Parlement, de l’annexe à la loi électorale portant sur la répartition des sièges pour les législatives de décembre 2018, une partie de la société civile et certains opposants s’insurgent contre ce qu’ils appellent « une exécution mécanique » du calendrier électoral. Ils souhaitent que toutes les étapes de ce calendrier soient exécutées avec rigueur pour parvenir à des élections de qualité.
A ce jour, presque toutes les opérations prévues dans le calendrier électoral ont été exécutées. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) s’en félicite mais l’opposition dénonce « une absence de rigueur » dans l’exécution des opérations, ce qui annoncerait un chaos électoral en décembre.

L’opposant Martin Fayulu ne comprend pas, par exemple, que le texte sur la répartition des sièges ait été voté alors que l’audit des statistiques des électeurs, par entités électorales, n’ait pas encore eu lieu.

« Prendre un fichier électoral non audité et sur la base de ces fichiers, vous faites la répartition des sièges. Et si demain l’audit révèle que ces fichiers sont faux, comme nous le pensons, qu’est-ce que vous faites ? », demande-t-il.

La plateforme Agir pour les élections transparentes et apaisées (AETA) insiste également sur l’audit de ce fichier électoral, avant la suite des opérations.

« Il s’avère qu’il y a eu un tel déséquilibre dans la répartition des sièges qu’il est important de comprendre que certaines provinces risqueraient d’être [lésées] parce que les sièges qui devraient leur revenir seraient revenus à d’autres provinces », souligne Gérard Bisambu, secrétaire général d’AETA.

Pour lui, il ne s’agit pas seulement d’organiser des élections, encore faut-il obtenir un changement significatif dans la gouvernance du pays.

L’AETA recommande au Parlement de diligenter une mission d’audit de l’ensemble de la gestion du processus électoral par la Céni.

FASHION WEEK

GADGET WORLD

BEST Smartphones

DON'T MISS

POPULAR VIDEO

L’Ouganda: Remplacement de son chef du renseignement militaire sanctionné par les Etats-Unis

Le président ougandais Yoweri Museveni a remplacé mardi le puissant chef du renseignement militaire, sanctionné depuis décembre par les Etats-Unis en raison de violations des droits de l'homme. Le général de division Abel Kandiho, nommé en 2017, devient envoyé sur les questions de sécurité au Soudan du Sud et est remplacé par le général de division James Birungi, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué. "Il s'agit d'un de ces transferts de routine et réaffectation, en ligne avec les prérogatives du commandant suprême de transférer, réaffecter et nommer les officiers", a déclaré le porte-parole du ministère Ronald Kakurungu cité dans le communiqué. Début décembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions contre Abel Kandiho en raison de son implication présumée et de celle de ses services dans de graves violations des droits de l'homme, notamment des passages à tabac, des agressions sexuelles et des électrocutions.   "Dans certains cas, M. Kandiho était personnellement impliqué dans les interrogatoires de personnes détenues, souvent sélectionnées en raison de leurs opinions politiques, de leur nationalité ou parce qu'elles critiquaient le gouvernement", indiquait le Trésor américain. L'armée ougandaise s'était dite "déçue" par la décision américaine. Les dernières années ont été marquées en Ouganda par des actes de répression contre des journalistes, des incarcérations d'avocats ou encore par le musellement de leaders de l'opposition. Le remplacement de Kandiho intervient quelques jours après une visite officielle du fils du président Museveni, Muhoozi Kainerugaba -dont beaucoup pensent qu'il veut prendre la succession de son père -, au Rwanda, pays avec lequel les relations sont tendues. Au cours des dernières années, des responsables rwandais ont accusé Kandiho de collaborer avec des dissidents pour enlever des citoyens rwandais en Ouganda. Mardi, Kainerugaba a félicité Kandiho et son remplaçant pour leurs nouvelles fonctions.

HOLIDAY RECIPES

EVEN MORE NEWS

REACTION