PARTAGER

L’Association Congolaise pour l’Accès à la justice (ACAJ) demande au procureur de la République d’engager une action pénale à charge du bourgmestre de la commune de Gombe, Dolly Makambo Nawezi . Ce dernier a arraché, samedi 2 juin, les banderoles rejetant l’éventualité d’un troisième mandat de Joseph Kabila.

Ces banderoles étaient affichées dans l’enceinte du Centre interdiocésain, siège de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO).

L’ACAJ condamne ces actes et estime qu’ils sont constitutifs « des infractions de violation de domicile, destructions méchantes, menaces d’attentat et atteintes aux droits garantis aux particuliers prévus et punis par les articles 69, 70, 113, 160 et 180 du code pénal livre II».

Selon l’Abbé Donatien N’shole, secrétaire général de la CENCO, interrogé par ACTUALITE.CD, ces banderoles étaient placées par le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) dans le cadre de la sensibilisation sur l’Accord de la Saint-Sylvestre.

S’exprimant pour la première fois sur cette affaire, Dolly Makambo, n’avait pas regretté son geste affirmant qu’il n’a fait que son travail.

«C’était dans le cadre de mon travail. Je passais comme tout le monde et j’ai vu ces banderoles placées sans autorisation. C’était fixé sur un mur, mais il n’y avait pas une clôture qui obstruait la vue de tout le monde. Ils ont mis cela pour que les gens voient. Et comme ils n’étaient pas autorisés, j’ai enlevé comme j’enlève toutes les banderoles dans la ville. J’enlève même pour les musiciens et pour les politiciens qui n’ont pas d’autorisation. C’est ce que j’ai fait »,

REACTION