Rwanda: Hadi, un demandeur d’asile gay qui a fui l’Irak, a déclaré qu’il préférerait être condamné à mort.

Date:

CNTLIVE:

  1. Alors que la Grande-Bretagne poursuit son projet d’envoyer des migrants au Rwanda, Hadi, un demandeur d’asile gay qui a fui l’Irak, a déclaré qu’il préférerait être condamné à mort.

En vertu d’une loi controversée adoptée en avril, le Royaume-Uni prévoit d’envoyer des demandeurs d’asile réputés être arrivés illégalement sur le sol britannique au Rwanda, un pays d’Afrique de l’Est à 6 000 kilomètres (3 728 miles) de Londres, à partir de la mi-juin.

Assis dans un parc du Gay Village de Manchester, un quartier au cœur de la ville du nord de l’Angleterre, Hadi – nom d’emprunt – a raconté à l’AFP qu’il avait échappé aux persécutions et aux tentatives de viol en Irak.

Il porte encore les cicatrices.

« J’ai été touché au bras et au dos et j’ai perdu connaissance à cause de la douleur », a-t-il déclaré.

Hadi, la vingtaine, a demandé l’asile en Grande-Bretagne en janvier 2022 après avoir traversé l’Europe d’est en ouest.

Lorsqu’il a entendu parler du projet d’envoi de migrants au Rwanda, il a cru revivre ses pires cauchemars.

« Nous avons souffert et échappé à la mort, nous avons traversé la mer, tous pour être envoyés au Rwanda ? Tuez-moi ou condamnez-moi à mort au lieu de m’y envoyer », a-t-il dit.

Il a décrit cette décision comme « injuste et criminelle », équivalant à « une condamnation à mort pour tous les réfugiés » et a exhorté le Premier ministre Boris Johnson et le ministre de l’Intérieur Priti Patel à abandonner le plan.

Bien que l’homosexualité ne soit pas interdite au Rwanda, les personnes LGBTQ sont fréquemment licenciées de leur travail, désavouées par leurs familles, privées de soins médicaux et parfois battues.

‘Craindre’

« Pourquoi voulez-vous les déporter au Rwanda ? Pour qu’ils soient davantage persécutés ? a déclaré Aderonke Apata, qui a fondé l’ONG « The African Rainbow Family » et aide les migrants LGBTQ à s’intégrer dans la société britannique.

Apata, elle-même lesbienne et ancienne demandeuse d’asile, a déclaré que Hadi « vit dans la peur à chaque seconde ».

« Il pensait que le Royaume-Uni respectait les droits des homosexuels… Maintenant qu’il est là-bas, il est soudainement confronté à la perspective d’être expulsé. »

Elle a exprimé ses craintes qu’il n’y ait « aucune surveillance de ce qui se passe… en détention », et a fait valoir que les mécanismes de surveillance qui seront mis en place au Rwanda ne sont pas réalistes.

« Ici au Royaume-Uni, personnellement, j’ai eu une attaque homophobe quand j’étais en détention », se souvient-elle.

« C’était ici au Royaume-Uni. Maintenant, dites-moi, si des gens sont maintenant emmenés au Rwanda, qui va les protéger ?

« Pour moi, ce que fait le gouvernement est une façon de se laver les mains des conventions qui garantissent les droits de l’homme aux réfugiés », a ajouté Apata.

Le gouvernement affirme que son plan vise à dissuader le nombre croissant de migrants qui effectuent le périlleux voyage à travers la Manche.

Plus de 28 000 personnes sont arrivées en Grande-Bretagne après avoir traversé la Manche depuis la France dans de petites embarcations en 2021, contre 8 466 en 2020, 1 843 en 2019 et 299 en 2018.

Mais cette décision a suscité de vives critiques de la part des groupes de défense des droits de l’homme, qui ont lancé mercredi une action en justice pour la bloquer.

On ne sait pas quand le premier vol pourra décoller, compte tenu de la contestation judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partagez:

S'adhérez

Populaire

Articles Similaires
Similaire