TEMOIGNAGE D’UN ÉVADÉ DE LA PRISON DE BUTEMBO

0
73

Deux fugitifs parmi ceux qui se sont évadés de la prison centrale de Butembo lors de l’attaque attribuée aux rebelles d’Allied democratic forces (ADF) contre cette maison carcérale, se sont rendus aux autorités de Kyondo en territoire de Beni (Nord-Kivu), ce jeudi 11 août 2022. Il témoigne que l’ennemi est venu libérer les prisonniers pour qu’ils soient recruter au sein de ce mouvement terroriste avec une garantie de 350$ comme salaire mensuel suivi d’une prime de 100$ toutes les deux semaines, à chacun.

Ces évadés affirment qu’ils se sont échappés des mains de leurs « libérateurs » au niveau de Kitwamuke, près de Kalau dans le territoire de Beni autour de 13h du même mercredi.

Ils racontent que les assaillants étaient nombreux et bien équipés. D’après leurs témoignages, ces ADF ont d’abord présidé un rassemblement avec les détenus au rond-point VGH avant de se scinder en groupe, et prendre différentes directions pour une même destination : le Graben situé en chefferie des Bashu, et le secteur de Ruwenzori.

Ces deux évadés affirment que l’objectif de ces rebelles étaient de renforcer leur mouvement « car ils ont annoncé à chacun un salaire mensuel de 350$ et une prime de 100$ chaque deux semaines. »

Ils ont par ailleurs justifié leur reddition aux autorités de Kyondo, afin qu’ils rejoignent leurs cellules de détention à Kakwangura et ainsi purger le reste de leurs peines. Ces derniers expliquent qu’ils étaient jusque-là détenus pour une affaire de meurtre près de Kyondo.

« Ils avaient des armes lourdes et portaient des tenus semblables à celles des militaires. Mais, ils ne sont pas des militaires. Ils étaient des Nalu. Nous nous sommes échappés en restant derrière. Nous étions escortés par un soldat qui nous interdisait de piller. Leur objectif était que nous allons travailler comme ADF », a témoigné l’un des fugitifs.

Ces deux fugitifs rendus à Kyondo interpellent la conscience des décideurs sur la gravité de la menace ADF dans la région. Ils découragent ceux qui peuvent avoir l’idée de rejoindre la brousse.

« Que les services de sécurité et la population restent vigilants. Tels que nous étions, nombreux disaient qu’ils sont des Maï-Maï. J’ai vu Kizito. Depuis que nous sommes en prison, nous n’avons jamais vu nos plaignants. Nous sommes en train de comparaître seuls. Et nous sommes ici (à Kyondo : Ndlr) où notre dossier avait commencé. Nous voulons que nos plaignants nous croisent même ici », a souhaité un autre fugitif.

Mercredi, des rebelles ADF ont, pour la première fois, attaqué la ville de Butembo via la prison centrale. Ils ont réussi à libérer plus de 800 détenus. L’armée a cependant annoncé l’arrestation de plus d’une centaine de ces fugitifs, qui ont rejoint leurs cellules pénitentiaires.
kasivikadal@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici