Dans un mémorandum adressé au premier ministre lundi 12 février, le député national Adolphe Muzito a expliqué les inquiétudes de la population des provinces du Kwilu et Kwango sur la présence des éleveurs qui seraient venus du territoire d’Uvira dans la province du Sud-Kivu avec une multitude des bovins. Il craint des conflits ethniques et demande au gouvernement de prendre des mesures adéquates.
« Saisi par la population, j’ai dû me rendre sur place pour constater les faits. Du constat fait sur terrain », affirme Adophe Muzito, il a relevé plusieurs points notamment l’arrivée massive d’un grand nombre des vaches dans les deux provinces, l’affirmation des éleveurs de provenir d’Uvira, le manque d’un titre légal leur permettant d’exercer et d’occuper le lieu, les ravages causés par ces bovins.
Le député national recommande au chef de l’exécutif national de « procéder à l’identification réelle de ces éleveurs, de veiller à ce que la situation n’aboutisse à des conflits ethniques, de prendre des mesures d’encadrement et d’apaisement de la population ».
Depuis leur arrivée, des rumeurs faisant état d’une viande impropre à la consommation ont semé une psychose au sein de la population. Sur ce, Muzito exige l’examen efficace de la santé de ces bêtes.
Le député national plaide pour la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire.
Dans une vidéo lors de la descente de l’ancien premier ministre et actuellement député national Muzito, l’un des éleveurs Enock Ruberangabo Sebineza, a affirmé qu’ils appartiennent aux communautés Banyamulenge, Bafuliru, Bashi ainsi que d’autres éleveurs du Tanganyika.

Nombre de vue 34 total views, Visiteurs aujourd'hui 2 views today

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici